L’escalier au fil des siècles

escalier_chambord

Les premiers escaliers : du pratique à l’ornemental

Les escaliers  et notamment l’escalier hélicoïdal apparaissent pendant la période médiévale, lors de la construction des premiers châteaux forts. À cette époque, ils sont construits en pierres massives et sont essentiellement fonctionnels, sans préoccupations esthétiques.

escalier_colimaçonescalier_moyenage

 

De forme héliocoïdale, ils s’enroulent sur eux-mêmes pour desservir les différents étages des châteaux, sans toutefois occuper une trop grande surface. Leur fonction étant avant tout pratique, ils étaient placés à des endroits stratégiques : en retrait des pièces de vie, pour ne pas perturber les habitants et empêcher les courants d’air. Appelés aussi « escaliers en colimaçon », ces modèles médiévaux étaient montés dans le sens des aiguilles d’une montre, pour en faciliter la descente mais aussi retarder la montée des ennemis en cas d’invasion. Avec le temps, ces escaliers circulaires se sont complexifiés pour devenir à la fois plus confortables et plus harmonieux, comme en témoigne l’escalier hélicoïdal à double révolution de l’emblématique château de Chambord.

À partir du XVIème siècle cependant, l’escalier hélicoïdal disparaît progressivement, à mesure que les châteaux se font plus rares. La Renaissance voit alors fleurir les escaliers droits ou les escaliers d’angles d’inspiration italienne. Généralement fabriqués en bois et dotés de structures larges, ils trouvaient leur place chez les riches particuliers. Souvent équipés de grands paliers de repos, d’élégantes mains courantes et de beaux tapis, ils servaient à mettre en avant la prospérité des propriétaires. Le gain de place et l’aspect fonctionnel n’ont vite plus fait partie des priorités, le développement de la bourgeoisie entrainant au contraire un goût de plus en plus prononcé pour le luxe, le confort et l’ornement.

escalier_bois_renaissance

Les escaliers personnels et les escaliers industriels 

Dans les siècles qui suivent, les habitations à étages se généralisent et les escaliers particuliers se développent encore davantage. L’escalier commence à se démocratiser et à se décliner de nombreuses façons. Il s’ajuste au goût des propriétaires et vient contribuer au confort et au style de leurs intérieurs. Toujours principalement droit ou d’angle, il reste spacieux chez les membres de la bourgeoisie, où il sert d’objet de décoration et contribue à mettre en avant leur statut social, mais il se simplifie et se propage aussi dans les habitations des classes plus populaires. Le XIXème siècle fait cependant figure de tournant.

De nouveaux besoins et de nouvelles envies apparaissent en même temps que la Révolution industrielle. On voit ressurgir la nécessité de revenir à des escaliers plus pratiques, mieux adaptés aux allées et venues régulières. Placés dans les usines, ces nouveaux escaliers devaient être pensés pour faciliter les déplacements des travailleurs et optimiser le mouvement du matériel. C’est à cette époque que l’on voit réapparaitre l’escalier hélicoïdal qui revient sur le devant de la scène pour ses qualités techniques et ergonomiques. L’escalier hélicoïdal de l’ère industrielle n’a cependant rien à voir avec son ancêtre médiéval : il est plus élancé, plus fin dans sa structure, tout en restant très solide grâce à sa fabrication en fonte.

L’escalier contemporain : entre ingéniosité et inspirations du passé

Remis au goût du jour, l’escalier spirale d’inspiration industrielle fait aujourd’hui partie des modèles contemporains les plus populaires, tant pour agrémenter un intérieur que pour être installé à l’extérieur. L’escalier en fonte de l’époque industrielle inspira alors de nombreux escaliers d’architectes de la deuxième moitié du XXème siècle. Dans les années 1960, c’est le designer Roger Tallon qui le popularise, en inventant un modèle décliné des premiers escaliers d’usines, mais bâti en fonte d’aluminium et dépourvu de rampe. Cet escalier spirale s’inscrit aujourd’hui parmi les escaliers en colimaçon iconiques, qui ont marqué l’histoire du design.

Escalier Roger Tallon

 

 

 

 

Premier type d’escalier en kit, celui de Roger Tallon ouvrira ensuite aux escaliers à assembler soi-même à l’image de l’escalakit.

B2M - Escalakit
Escalier B2M – Escalakit

Aujourd’hui, la tendance des lofts et des espaces ouverts a encore remis à l’honneur ces escaliers hélicoïdaux, même s’ils sont aussi appréciés dans les petits espaces pour leur gain de place et leur aspect pratique. Chez certains, il se pare de marches en bois, chez d’autres de marches en béton et d’une structure en métal comme le SoLoft. Les escaliers droits n’ont pas pour autant disparu et ils se déclinent aussi de multiples manières (limon d’escalier, escalier escamotable…), pour mieux correspondre aux envies et aux besoins de ceux qui en font la demande. Les escaliers droits, d’angles ou en l’escalier  hélicoïdal font donc aujourd’hui l’objet d’une vaste possibilité d’adaptations, allant des modèles les plus anciens aux prototypes les plus modernes.

Le passé fournit un vaste répertoire d’inspirations, auquel viennent s’ajouter les innovations et les savoir-faire actuels.